L’écologie et la finance – deux choses compatibles ?

Le concept de finance verte fait parler de lui depuis un moment, et consisterait globalement en une rencontre entre le monde de la finance et celui de l’économie. Au premier abord, il semblerait qu’il s’agisse là de deux notions fondamentalement opposées, cependant il est fait des efforts dans le but de permettre à la finance d’apporter sa contribution à une planète plus écologique.

La finance souhaite exploiter la nature

D’un côté, nous avons l’écologie, qui est un domaine dont le but est de permettre une meilleure préservation des ressources naturelles. De l’autre côté, nous avons la finance, dont la principale ambition est de tirer autant de bénéfices que possible des ressources naturelles, et inclue fatalement une consommation de celles-ci. Il est difficilement concevable de voir une réunion de ces deux domaines, cependant cela est nécessaire, car nous avons autant besoin des ressources naturelles que des rouages de la finance.

Grâce au concept de finance verte, des projets sont mis en place dans le but de permettre au monde de la finance en général d’être plus responsable sur le plan de l’écologie. Ainsi, ce milieu peut assouvir ses besoins en termes de ressources tout en restant dans des limites raisonnables, qui pourraient être délimitées par différents consensus. Même si ce n’est pas une mission qui semble évidente, des efforts sont faits pour arriver à ce résultat.

Le monde de la finance a besoin d’une restructuration

Différents soucis ont émergés du monde de la finance, et cela de manière relativement récente. On peut par exemple mentionner la crise économique de 2008, qui d’après certains experts, auraient pu être évitée si les structures en général du monde de la finance n’étaient pas si défaillantes. Certains estiment que si des changements ne sont pas faits sur ce plan rapidement, des problèmes similaires pourraient émerger au cours des décennies à venir, ou même années.

Les défaillances présentes dans le monde de la finance pourraient avoir des conséquences désastreuses sur la nature si on en venait à lui confier celle-ci. Pour concilier les besoins des deux domaines, il est nécessaire de fixer quelles sont les limites à ne pas franchir, et quels sont les objectifs à atteindre pour assurer autant une bonne préservation de la nature et un bon rendement financier de celle-ci.

Tourner la finance vers des projets écoresponsables

Il est question de faire en sorte d’investir dans plus de projets qui jouent un rôle plus important pour la nature. Les énergies renouvelables sont un exemple bien concret, car sur le long terme, ils sont bien plus rentables que les énergies fossiles. Cependant, une telle transition est à la fois couteuse financièrement et très étalée sur le long terme.

À titre d’exemple, faire une complète transition vers les énergies renouvelables pour un pays entier serait un processus extrêmement onéreux et long. De manière globale, une finance verte est tout à fait possible, et les discussions essentielles au succès de ce projet sont déjà effectuées par les organisations concernées. L’implémentation de ce projet est sur le point de commencer, et les différents experts et professionnels ont foi en le succès de cela.